9.1.08

Je ne songe pas à l'avenir, je ne me donne pas d'avenir, et pas même un présent. Le présent fléchit sans cesse, traversé par cette gaieté vide qui n'est que l'absence illimitée et vide de tout présent, il ne se vit pas au passé, rien en lui ne passe, rien ne finit, et s'il me devient si lourd à porter, c'est à cause de ce fardeau de légèreté, cette charge riante qu'il me faut soutenir au centre d'un jour rêveur qui me dissimule à moi-même. C'est dans un tel jour que je dois décider si réllement il m'invite à écrire. Il ne m'y force pas, il ne me le conseille même pas. Mais cependant, il m'a mis dans l'esprit cette pensée que, si nous sommes liés, nous le sommes par des écrits. Cela signifie que de la réalité de ce lien, je suis maître; pour rendre ce lien réel, il me faut donc écrire, et non pas une fois pour toutes, mais tout le temps, ou bien peut-être une seule fois, cela n'est pas précisé, mais une fois pour laquelle j'ai tout le temps, une fois qui épuise toute la réalité du temps. Pensée tentante, vide sans doute comme un rêve, oppressante et écoeurante comme tout ce qui est vide, mais au milieu de laquelle je puis demeurer d'autant plus légèrement qu'elle ne demande ni réalisation, ni même le rêve de cette réalisation.

Blanchot, Celui qui ne m'accompagnait pas, Gallimard, 1953.

2 commentaires:

CresceNet a dit…

Hello. This post is likeable, and your blog is very interesting, congratulations :-). I will add in my blogroll =). If possible gives a last there on my site, it is about the CresceNet, I hope you enjoy. The address is http://www.provedorcrescenet.com . A hug.

Bannister a dit…

La vidange du temps chez Blanchot, le terrible relâchement des eaux chez Gide, la Seine à Gennevilliers chez Céline, "les moutons qui" de Maupasssant. Ecrire pour finir vraiment, complètement, définitivement et surtout ne pas recommencer.C'est que le vide est grand et la vacuité, sa fille et sa maîtresse, n'en déplaise, danse et sue bien,si pleine Lakshmi.

J'avais un bon copain dont la famille était issue de communards rentrés du bagne puis relégués par les flics de Thiers à Gennevilliers, au milieu des champs d'épandage: il me disait y avoir mangé d'extraordinaires légumes et de remarquables fruits grands et forts et gouteux.